Twitter, le réseau social assigné en justice pour manque de modération des contenus haineux

twitter-reseau-social

En France, Twitter vient d’être assigné en justice par plusieurs organismes. Selon eux, la plateforme sociale a gravement manqué à sa mission de modérer les contenus haineux, violents et parfois racistes publiés par certains utilisateurs sur la plateforme.

Les plaignants sont :

  • L’Union des Etudiants Juifs de France (UEJF)
  • SOS Homophobie
  • SOS Racisme

Ceux-ci n’ont pas hésité à assigner Twitter devant le Tribunal Judiciaire de Paris afin de réclamer un changement sur les habitudes selon eux « anciennes et persistantes » du réseau social concernant la modération de certains de ses contenus.

Twitter, une augmentation inquiétante des contenus haineux

Pendant la récente période de confinement, une augmentation de plus de 40 % de contenus haineux (racistes, homophobes, antisémites, …) a été recensée sur Twitter, l’un des réseaux sociaux les plus populaires.

Une triste constatation qui a poussé plusieurs associations de lutte contre les discriminations à prendre les devants et mettre Twitter devant le fait accompli pour manquement à ses obligations légales.

En effet, il semblerait que moins de 12 % de ces tweets ait été supprimés dans les quelques jours suivants leur mise en ligne. Des résultats jugés intolérables par les plaignants.

Quelles sont les réclamations des plaignants contre Twitter ?

Les associations de lutte contre la discrimination demandent au Tribunal Judiciaire de Paris à ce que Twitter prenne de véritables mesures contre la publication de tweets haineux.

Pour cela, elles souhaitent qu’un expert soit chargé de constater les moyens matériels et humains mis en œuvre par le réseau social en vue de lutter contre toute diffusion de contenus de type :

  • Apologie des crimes contre l’humanité
  • Incitation à la haine raciale
  • Incitation à la haine contre des individus en raison de leur orientation sexuelle
  • Incitation à la violence de toute sorte que ce soit
  • Atteinte à la dignité humaine dans son ensemble

Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *