Rue Farfadet, c’est un titre croisé par hasard sur un forum, qui ne m’a pas laissée indifférente. Un titre qui nous invite à entrer dans un monde fantastique, une couverture à l’esprit fin XIXe et des avis très positifs : il ne m’en faut pas plus pour craquer !

Rue Farfadet, de Raphaël Albert

couv24788227.gifRésumé

Panam, dans les années 1880 : les humains ont repris depuis longtemps la main sur les Peuples Anciens. Sylvo Sylvain a posé son havresac dans la rue Farfadet, gouailleuse à souhait. Il exerce la profession exaltante de détective privé et les affaires sont nombreuses ! Des adultères, des maris jaloux, des épouses trompées, etc. Ni très rémunérateur, ni très glorieux… Alors, Sylvo fréquente assidûment les bars et les lieux de plaisir en tout genre où son charme envoûte ces dames… Jusqu’au jour où lors d’un banale enquête de routine il se trouve mêlé à une machination dépassant l’entendement. Le voilà, bien malgré lui, chargé de l’affaire par l’un des trois puissants ducs de Panam. Saura-t-il tirer son épingle de ce jeu compliqué et dangereux ?

Mon avis

Ce livre est un mélange de genres tout à fait original. Il y a de la fantasy (créatures fantastiques, elfes, gobelins…), du steampunk (un Paris de 1880 avec ce qu’il faut de mécaniques originales) et de l’enquête (Sylvo Sylvain, le héros, est détective privé).

On fait donc la connaissance de Sylvo Sylvain, un elfe détective privé, qui vit à Panam. C’est une capitale inspirée du Paris de la fin du XIXe siècle, où les humains côtoient de nombreuses créatures fantastiques. Sylvo est un elfe qui aime la bouteille et n’aspire qu’à mener sa vie tranquille, malheureusement pour lui c’est un aimant à emmerdes. Il enquête sur une énième histoire d’adultère lorsqu’il se retrouve impliqué malgré lui dans une histoire qui le dépasse.

Le récit comporte beaucoup d’argot, de très nombreuses références littéraires (que je suis malheureusement loin d’avoir pu toutes déceler), des jeux de mots et des références à Paris où la Seine devient la Veine, Pigalle devient Mygale et la ville de Rennes s’appelle désormais Graine. Je me suis beaucoup amusée à chercher à quels lieux les noms pouvaient faire référence.

Petit point négatif, j’ai trouvé certaines descriptions un peu trop longues à mon goût. Je ne suis pas très à l’aise avec les interminables paragraphes dans les livres. Mais il m’a suffi de les lire en diagonale pour vite revenir à l’action et aux dialogues !

J’ai beaucoup aimé l’humour du livre et la plume de l’auteur. J’ai passé un très bon moment de lecture. C’est simple, je n’ai pas lu le livre : je l’ai dévoré !

Univers et ambiance étant assez difficiles à décrire, je vous laisse avec un extrait. Un peu long, mais qui reflète, selon moi, très bien l’univers du livre !

Extrait

Ray et Gans. Le commissaire et l’inspecteur. Le besogneux et son double raté. J’avais déjà eu maille à partir avec eux lors de deux enquêtes qui avaient assez mal tourné. A la suite de quoi nous en avions mutuellement conclu que nous ne nous aimions pas du tout. Les voir débouler chez moi n’était pas bon signe. J’étais mûr pour me farcir leur numéro de duo comique. Je pris l’initiative.
« Vous arrivez trop tard, messieurs les policiers.
– Trop tard pour quoi ?
– Pour prendre mon agresseur en flagrant délit, commissaire.
– Oh ? Grogna Gans. C’était qui ce gars, que je l’embrasse ?
– Un nain armé d’un tromblon. »
Pensant que je me fichais de lui, Gans me fusilla du regard à travers la fumée de sa cigarette. Un bon flic bien buté, celui-là, une pointure dans son genre.
« Dites, Sylvo, reprit Ray, vous fricotez dans quoi ces temps-ci ? Je me suis laissé dire que vous aviez abandonné vos petites combines pour jouer dans la cour des grands.
– Je vous demande pardon ?
– Allons, Sylvo… Nous sommes entre nous, hmm ? Je suis certain que vous avez des tas de choses à me dire.
– Maintenant que vous le dites, merde me paraît assez approprié. »

http://www.pointandgeek.com/wp-content/uploads/2016/04/WP_20160422_003-1024x577.jpghttp://www.pointandgeek.com/wp-content/uploads/2016/04/WP_20160422_003-150x150.jpgAmeLittératureRue Farfadet, c'est un titre croisé par hasard sur un forum, qui ne m'a pas laissée indifférente. Un titre qui nous invite à entrer dans un monde fantastique, une couverture à l'esprit fin XIXe et des avis très positifs : il ne m'en faut pas plus pour craquer ! Rue...
Partager cet article :