7-days-to-die-3

Découverte fortuite d’un jeu qui fut une semaine en promo à la une de Steam, 7 Days to Die est un jeu actuellement en Alpha qui m’a séduite sur bien des aspects. On en profite pour inaugurer une nouvelle rubrique du blog : ZOMBIIIIIIIES ! Dès les premières vidéos visionnées me viennent ces référents : Minecraft, Left4Dead 2, The Walking Dead. Si vous êtes fan des trois, la suite devrait vous plaire…

Minecraft-like, mais pas que !

Quand on voit 7 Days to Die, on pense aussitôt à Minecraft, pour des raisons très simples : Le jeu de type bac à sable permet d’évoluer librement et surtout de pouvoir tout casser/construire à l’infini, sous réserve d’avoir récolté les ressources nécessaires. L’interface rappelle beaucoup le jeu de Mojang, on a tout d’abord une barre d’accès rapide aux items, on sélectionne ces objets grâce à la molette de la souris. L’inventaire ressemble un peu Minecraft, d’autant qu’il propose un espace de crafting sous forme de grille, où l’on dépose les matières premières afin de former un patron pour récupérer l’objet fini. Petit nouveauté cependant, à gauche de la grille de craft se trouve des listes d’items qu’il est possible de réaliser, plus besoin d’apprendre le wiki par cœur !

Vers une certaine forme de réalisme

Graphiquement on s’éloigne du style cubique de Minecraft et certains de ses consorts pour s’approcher du style réaliste. Les graphismes n’épateront peut-être pas les habitués du dernier cri sur consoles current-gen mais rappelons que c’est un projet indépendant, sur lesquels il est moins courant d’avoir une 3D qui a de la gueule et fonctionne bien.
On se retrouve donc dans un univers aux graphismes post-apocalyptiques nous rappelant The Walking Dead : des villes abandonnées, des bâtiments infestés de zombies, des forêts, auxquels on ajoute des biomes neigeux ou désertiques… De quoi varier les plaisirs pour les parties de headshot à l’arbalète.

Zombie headshot

Le gameplay est à la fois simple et complet, les habitués de FPS et de Minecraft prendront très vite le jeu en main. On commence le jeu sur une map aléatoire, et très vite on doit fouiller ce qui nous entoure (sacs poubelles, sacs à dos, cadavres, voitures…) afin de récupérer de quoi passer la première nuit : des armes, des munitions, de l’eau, de la nourriture, du bois, du métal, des médicaments…
La première nuit arrive au bout de 15 minutes et on découvre une autre particularité du jeu : lorsqu’il fait sombre, les zombies passent de gentils petits zombies tout lents à des furies déchaînées qui vont vous courir après et défoncer en masse votre maison. Autant vous dire qu’il vaut mieux bien se barricader et attendre sagement les premiers rayons du soleil…

Boomer !

La présence de zombies spéciaux renforcera le challenge, on trouve des zombies plus grands et plus gros qui sont logiquement plus difficiles à tuer, des zombies qui peuvent escalader les barrières, des zombies de bûcherons gelés… Il y a des chiens zombies qui sont rapides même s’il fait jour et aussi des abeilles géantes… Certains zombies ont des butins différents en fonction de leur tenue, ainsi sur un zombie infirmière on aura plus de chances de loot des médicaments, ou des armes sur les zombies policiers.

A zombie sandbox tale

Dans le jeu, on peut récolter des ressources (bois, pierre, métal…) afin de crafter des items, et là le champ des possibles est déjà très large : on peut faire des barricades, des blocs, des portes, des pelles, des pioches, des armes, des munitions, des mines, des pièges à pointes, des meubles, des barrières, de la nourriture, des ustensiles… On dispose de matériaux tels que le bois, la pierre mais aussi le fer, le cuivre ou le béton, chacun ayant bien sûr son propre niveau de résistance.
Les items repop sur une durée à configurer dans les options. S’ils sont configurés pour ne pas repop, comme c’était le cas par défaut lors de notre test, au début ce ne sera pas gênant étant donné la taille de la carte, mais il faudra malgré tout anticiper le manque de ressources qui viendra à un moment où à un autre… Bien que l’on puisse loot de nombreux items sur les zombies. Un pas vers le réalisme !

7-days-to-die-1

7-days-to-die-4

7-days-to-die-2

20170215000819_1

20170223225236_1

20170221213851_1

7daytodie_01

299a1436baed767a2b49f098ac1bb854_7-days-to-die

ss_b570b4d010dc63a32cfa0aa1124ac65109793ab0.1920x1080-1024

steamworkshop_webupload_previewfile_326202364_preview

Qu’est-ce qu’on attend ?

Le jeu est en alpha depuis l’automne 2013. De nombreuses mises à jour ont été effectuées depuis : une carte beaucoup plus grande avec de nouveaux lieux, générée aléatoirement, de nouvelles possibilités de craft, des zombies à l’AI améliorée (ils peuvent notamment se glisser par les fenêtres… brrr), la possibilité de se cacher, et bien d’autres features. Contre un peu plus de 20€ vous disposerez de la version Alpha ainsi qu’un accès gratuit à toutes les futures releases (beta et version officielle), on peut y jouer en solo ou en multi sur des serveurs privés (hamachi en local ou location de dédiés, beaucoup de joueurs y sont habitués), et le jeu sera peut-être moddable dans le futur, les développeurs réfléchissent à cette possibilité. Une belle occasion à ne pas manquer pour les fans de zombies, de bac à sable et de survie, que j’invite à se laisser contaminer.

7 Days to die a depuis connu des mises à jour majeures, qui apportent des modifications très importantes et un gameplay encore plus immersif, dont voici un exemple, 3 ans après :

http://www.pointandgeek.com/wp-content/uploads/2014/10/7-days-to-die-3.jpghttp://www.pointandgeek.com/wp-content/uploads/2014/10/7-days-to-die-3-150x150.jpgAmeJeux indésJeux vidéoZombiesQu'est-ce qu'on attend ? Le jeu est en alpha depuis l'automne 2013. De nombreuses mises à jour ont été effectuées depuis : une carte beaucoup plus grande avec de nouveaux lieux, générée aléatoirement, de nouvelles possibilités de craft, des zombies à l'AI améliorée (ils peuvent notamment se glisser par les...
Partager cet article :